Wayne Gardner et Phil Read en vedette

 

Wayne Gardner a participé pour la première fois aux Bikers’Classics en 2013, pour fêter les 25 ans de sa victoire sur le circuit de Spa-Francorchamps. C’était en 1988. Il s’était imposé avec trente secondes d’avance sur Eddie Lawson. Le légendaire pilote australien sera de retour cette année à Spa, cette fois pour célébrer les 30 ans de son titre mondial, conquis en 1987 sur sa Honda NSR 500 aux couleurs Rothmans préparée par Jeremy Burgess.

 

Wayne Gardner a acquis sa gloire par son style furieux et ses attaques incisives qui effrayèrent souvent ses adversaires. Elles l’ont même écarté quelque temps des circuits, les organisateurs le jugeant trop agressif ! Un style qui lui valut le surnom de «Wollongong Wild One», du nom de la petite bourgade australienne qui l’a vu naître le 11 octobre 1959.

 

Il effectue ses débuts en Grand Prix en 1983. Dès l’année suivante, sa détermination et son esprit combattif le placent sur la liste des favoris à la couronne mondiale en Grand Prix 500. Trois ans plus tard, il l’obtient de manière autoritaire. Au cours de cette saison 1987, Gardner remporta sept des 15 Grands Prix disputés ! Trente ans plus tard, il sera aux Bikers’Classics…

 

«C’est toujours un honneur pour nous d’accueillir un champion de la trempe de Wayne Gardner», confie Florian Jupsin de DG Sport. «Sa présence ravira nos nombreux visiteurs, tout comme celle des autres champions qui ont répondu à notre invitation.»

 

Que dire alors de la venue de Phil Read ? Lui aussi est déjà venu aux Bikers’Classics, mais sa présence reste néanmoins un événement, comme en 2009, lorsqu’il était venu en motorhome, et qu’il avait visité le Campus Francorchamps en montrant un réel intérêt pour le travail des stagiaires.

 

Phil Read reste dans l’histoire comme l’un des meilleurs pilotes de tous les temps et une figure emblématique du sport moto. La FIM l’a d’ailleurs nommé «Grand Prix Legend» en 2002, c’est dire. Il prenait son dernier départ officiel en 1982 à l’âge de 43 ans, au Tourist Trophy. Avant cela, il a décroché 7 titres mondiaux (un en 125cc, quatre en 250cc et deux en 500cc). Il a notamment offert à Yamaha son premier titre de champion du monde (catégorie 250cc - 1964) et totalise pas moins de 52 victoires en Grand Prix. Le nom de son principal adversaire suffit à décrire l’ampleur de son talent : Giacomo Agostini, avec lequel il terminait la saison 1975 à égalité de points…

 

A Spa, «le Prince de la vitesse» retrouvera un circuit qui l’a vu briller à de multiples reprises, et notamment 1975, quand il s’imposait en catégorie reine sur MV Agusta, avec une moyenne de 214 km/h, plus d’une minute devance sur le deuxième (J. Newbold) et près de deux minutes sur le troisième, un certain Jack Findlay. Autant dire que Phil Read participera à la Parade sur le grand circuit avec une certaine émotion…