Des machines, des hommes et McGuinness

Une météo clémente du début à la fin, une fréquentation à la hausse, visages (jeunes et moins jeunes) rayonnants, un programme digne des plus grandes manifestations…

Pas la moindre fausse note pour la 14e édition des Bikers’Classics, qui s’est déroulée le premier week-end de juillet à Spa-Francorchamps.

Plus que jamais, les Bikers’Classics 2016 mettaient en avant les hommes et leurs machines. Aux côtés des habitués que sont Giacomo Agostini, Christian Sarron ou Didier de Radiguès, les amateurs ont pu admirer quelques ‘petits nouveaux’. Et non des moindres puisqu’aux côtés de John McGuinness, la légende vivante du Tourist Trophy, on retrouvait - entre autres - une étoile montante du MotoGP, le jeune Britannique Bradley Smith. Du côté des machines, c’est évidemment  le son unique - et nouveau - des MotoGP dans les Ardennes qui a créé la sensation.

Trois Ducati Desmosedici (ex-Loris Capirossi, Troy Bayliss et Casey Stoner), deux Kawasaki d’usine et une Honda RCV1000R ex-Scott Redding ont symbolisé le vent nouveau qui souffle désormais sur les Bikers’Classics. Grâce à la collaboration de l’Amicale Spirit of Speed, d’incroyables MotoGP ont pu poser les roues pour la première fois sur la piste de Spa-Francorchamps. Et aux côtés du son aigu des deux-temps, le rugissement des quatre-temps faisait naître des sourires dans une pitlane et des tribunes noires de monde. Assurément un moment historique pour les ‘Classics’, et pour tous ceux qui y ont assisté.

Comme c’est désormais la tradition, un des premiers moments forts de cette édition fut la parade sur le grand circuit, emmenée par un impressionnant peloton de side-cars. Peu après, c’était le coup d’envoi des 4 Hours of Spa Classic, bientôt suivi par le concert dans le Lifestyle Village. Le dimanche, la popularité du «Roi Ago», 15 fois champion du monde, s’est encore fait sentir durant une parade GP ensoleillée. Au guidon d’une Yamaha TZ700 de 1974, Giacomo Agostini a créé la surprise en rentrant en pitlane après quelques tours pour échanger sa monture avec la YZR500 de 1988 ex-Christian Sarron dans sa robe bleue si particulière, avant de remonter en piste pour rejoindre Didier de Radiguès (Honda RS500) et bien d’autres pilotes.

Nouveaux visages

Quarante ans après sa première visite, la légende de l’Ile de Man, John McGuinness, a retrouvé Spa-Francorchamps. «En 1976, mon père, pilote lui aussi, m’a emmené au Grand Prix de Belgique», confie le Missile de Morecambe. «A peine âgé de 4 ans, je savais déjà que je voulais revenir ici. Et voilà, je suis là. Quel fantastique circuit, tellement ‘vieille école’.»

Durant les sessions de dédicaces, McGuinness a été accueilli comme un prince par le public. Sur la piste, on le retrouvait aux 4 Hours of Spa Classic le samedi soir, mais aussi durant la parade du dimanche sur son Honda TSR250. Pour son compatriote Bradley Smith, deux rêves sont devenus réalité. «J’ai toujours voulu expérimenter le pilotage d’une 500 deux-temps et rouler sur le circuit de Spa», sourit le pilote GP de 25 ans, accompagné de son chef mécanicien chez Tech3, Guy Coulon. «J’ai réalisé les deux. La piste est incroyable et piloter cette Yamaha ROC 1993 (ex-Laurent Naveau) tellement légère et puissante à la fois n’a rien à voir avec ce que j’ai l’habitude de faire.»

Attaque en masse des trois roues

Après deux ans d’absence, la communauté sidecar a effectué un retour en force à Spa-Francorchamps. L’ancien pilote Ralph Bohnhorst ne pouvait qu’être fier du plateau : «C’est le plus beau que nous ayons amené aux Bikers’Classics» s’enthousiasmait-il, en admirant pas moins de 40 sides : du Busch König de Rolf Steinhausen au LCR Suzuki 2015 du champion du monde en titre Benny Streuer en passant par le 500cc König de Werner Schwärzel. Quant à Larry Coleman, multiple champion des Etats-Unis et recordman de vitesse, il savourait sa première visite aux Bikers’Classics. «Quel groupe fantastique nous formons ici dans la tente des sidecars et quel circuit incroyable», confiait Coleman. «C’est génial !»

Le regard vers l’avenir

Comme d’habitude, les Bikers’Classics, c’est plus que des parades, les 4 Heures d’endurance – remportées par les Hollandais Henk van der Mark et Dirk Brand – ainsi que la communion avec les hommes et les machines. Plus de 500 participants ont profité de leur sortie en piste alors que la foule déambulait dans les paddocks, entre les stands de vente et le Lifestyle Village, où Yamaha, Harley-Davidson, mais aussi les spécialistes de la vague custom que sont Fred Krugger, KD Motorcycles, Kruz Company et Zadig présentaient leurs modèles.

«Honnêtement, je suis satisfait de cette édition des Bikers’Classics», confiait le coordinateur de l’événement Florian Jupsin. «Je souhaite remercier tous les participants, mais aussi tous nos fidèles visiteurs. J’étais aux anges en découvrant de plus jeunes visages dans le paddock. C’est ce que nous espérions et cela signifie que nous allons de l’avant. Cela nous motive d’autant plus pour faire de l’édition 2017 un quinzième anniversaire exceptionnel.» Le rendez-vous est pris, ce sera les 30 juin, 1er et 2 juillet 2017.